Une idée de fous!

Publié le par Guylaine

Une idée de fous!

Si nous faisions toutes les choses que nous avons la capacité de faire, nous serions émerveillés de nous-mêmes

Thomas A. Edison

La dernière année a été un feu roulant de décisions à rendre nos chers parents anxieux. Papa et maman, je m'en excuse sincèrement :).

Pour commencer, j'ai abandonné un emploi «garanti», avec avantages sociaux, pension, une vingtaine de jours de vacances par année, assurances-médicaments, bref, un emploi de fonctionnaire. «Tu es courageuse» ou «prends plutôt un sans-solde au cas où». Humm, ce n'est pas le courage qui me qualifie le mieux dans cette décision, mais plutôt une grande confiance en mes capacités, un homme solide à mes côtés et un brin de folie! Désormais travailleur autonome, je m'acharne à l'entreprise familiale en appui à mon conjoint, jusqu'à ce que...

Je retire mon pré-ado de l'école. Wow! C'est la cerise sur le sundae pour la famille, mais c'est une personne déterminée qui leur réponds : «je ne peux pas faire pire que l'école». Je m'excuse ici auprès de mes nombreux amis qui sont enseignants, ne le prenez pas personnel, mais l'école est très mal conçue et ne convient pas à tous. Les anxiogènes, la psychologue, les thérapies et un diagnostic de TED qui frappait à ma porte, je devais agir. Mon enfant avait perdu sa curiosité, ne s'intéressait plus à rien, ne dormait plus, ne mangeait plus, ne souriait plus et surtout, ne cherchait plus la compagnie d'un public pour une démonstration de tours de magie ou pour une narration de son épisode préféré de Naruto. Non, la DPJ n'est pas débarquée chez moi (en fait, elle y était déjà car fiston manquait trop d'école à cause de sa phobie scolaire ou il se présentait en classe avec le cadre de porte de la maison encore bien emprisonné entre ses mains...). J'ai donc présenté mon projet à la commission scolaire (lettre d'intention) et à la DPJ et la TS dans mon dossier m'a félicité de mon initiative et que si tous les parents du Québec étaient à mon image, la société s'en porterait mieux (ok, ici il faut interpéter ça dans le sens de «prendre les choses en mains quand son enfant va pas bien au lieu d'attendre un miracle les yeux rivés au ciel»).

Noël 2015 furent les plus longues vacances des fêtes de mon fils. Pas de retour en classe en janvier mais plutôt des leçons à la maison. Croyez-moi quand je vous dis qu'il faut un temps d'adaptation pour la maman et l'enfant, mais la CS ne vous en laisse point. Alors, jusqu'à ce que vous trouviez la pédagogie qui accroche le mieux votre enfant, faites des essais et remplissez des cahiers (la CS aime beaucoup ça, même si c'est plate à mourir et complètement dénudé d'imagination et de vie!). Il est fortement recommandé de suivre la pédagogie du système scolaire québécois, MAIS CE N'EST PAS OBLIGATOIRE. Faites une fleur à votre enfant et explorez les différentes pédagogies existantes, vous lui rendrez un fier service ;)

Donc, après plusieurs lectures et recherches, j'ai finalement trouvé la pédagogie qui se rapproche le plus de la personalité de mon fils : la pédagogie Charlotte Mason.

À suivre...

 

Publié dans Les X-pats

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article